You are here
Home > A la Une

Thierry Le Gall, pasteur évangélique au Parlement

Thierry Le Gall. Pasteur au Parlement.

Longtemps directeur de la communication chez Ferrero France, Thierry Le Gall occupe officiellement un nouveau poste depuis début janvier. Radicalement différent. Âgé de 50 ans, il est à présent pasteur auprès des parlementaires. Une nouvelle mission pour ce Trégorrois qui a senti dès l’adolescence une profonde vocation pastorale.

De la pâte à tartiner à une nourriture bien plus spirituelle… Il est des parcours hors du commun. Celui de Thierry Le Gall en est une parfaite illustration. Cadre dynamique trentenaire au début des années 2000, au summum de sa carrière pro, ce dir’com a fait le choix d’écouter sa voix intérieure et entendre l’appel de sa foi. Pourtant, quand il était sur les bancs de l’école à Lannion (22), l’enfant qu’il était ne se doutait pas que son chemin de vie le conduirait dans les allées des palais Bourbon et du Luxembourg. Encore moins, en tant que pasteur. Thierry Le Gall travaille depuis un an sur cette nouvelle fonction au Parlement et son poste est officiel depuis le 1er janvier dernier.

Une vocation pastorale d’adolescent 

Après son lycée, le jeune étudiant suit une formation en communication audiovisuelle à quelques encablures du Trégor, côté Finistère. Fraîchement diplômé, il travaille en freelance avant d’intégrer le groupe Ferrero en 1991 et de prendre un poste à Rouen (Seine-Maritime). Au départ, chef de studio, il y gravira les marches durant une carrière de près de 17 ans au sein de ce groupe qui le propulse responsable communication France. Mais dès 2001, le Trégorrois ressent  » la nécessité de concrétiser sa vocation pastorale », celle-là même qui pendant son adolescence l’avait déjà sacrément titillée. « Je devais avoir 17 ans, se souvient-il, quand j’ai senti un appel pastoral ».

Puis la vie a repris le dessus. Pourtant,  » j’ai toujours senti une forme de vocation pour servir la société avec mes valeurs chrétiennes « . Il a l’assurance inexplicable, depuis sa plus tendre enfance, « que Dieu existe ». Élevé selon les traditions catholiques, il n’est pas encore majeur quand il change de baptême et choisit de devenir protestant,   » plus conforme à ce que je croyais et que je crois toujours « , déclare celui qui pense que l’on devient chrétien, on ne naît pas ainsi.

« La foi est une question très personnelle  » et il se refuse à tout prosélytisme, qu’il juge dangereux, de manière générale.
[Lire la suite…]

 

© Crédits Photos & Source : letelegramme.fr


Partager :

    
Top