You are here
Home > A la Une

Orange en négociation exclusive pour racheter Bouygues Télécom prochainement…

L'opération devra obtenir le feu vert des autorités de la concurrence à Bruxelles. Orange envisagerait d'effectuer des cessions pour un montant de 5 milliards d'euros pour faire aboutir un tel mariage. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Selon des informations publiées par le Journal du Dimanche (JDD), les deux groupes ont signé un accord de confidentialité pour entamer des négociations exclusives sur le rachat de Bouygues Télécom.

L’opérateur Orange a conclu un accord de confidentialité avec son rival Bouygues Telecom pour ouvrir des négociations en vue de son rachat, sans que la chaîne TF1, également propriété du groupe Bouygues, soit concernée, assure le Journal du dimanche (JDD).

Les deux groupes, contactés par l’AFP, n’ont pas souhaité commenter cette information.

Selon le journal, qui cite des sources « au coeur des négociations », Orange et Bouygues Telecom ont signé cet accord « la veille de Noël » et les négociations, qui devraient débuter à la mi-janvier, pourraient aboutir dans un délai d’un à trois mois.

TF1 ne serait pas concernée

« Les équipes s’entendent bien, les discussions avancent, on saura vite si on va au bout », a indiqué une source consultée par le JDD, qui écarte que la chaîne TF1 soit concernée par ces pourparlers.

Selon le journal, l’opération se heurterait toutefois à des difficultés pour obtenir le feu vert des autorités de la concurrence à Bruxelles. Orange souhaiterait d’ailleurs effectuer des cessions pour un montant de 5 milliards d’euros pour faire aboutir ce mariage.

L’opération, dont les grandes lignes doivent être validées par les deux groupes d’ici la mi-janvier, prévoit que Bouygues Telecom serait valorisé à environ 10 milliards d’euros, « dont 8 milliards qui lui donneraient une participation de 15% dans Orange », selon le JDD. Quant à la participation de l’Etat, elle serait diluée et se retrouverait légèrement sous la barre des 20%, ce qui en ferait tout de même le premier actionnaire du nouvel ensemble.

Bouygues pourrait détenir 15% du nouvel ensemble

A la mi-décembre, une source syndicale avait déjà confirmé à l’AFP l’existence de discussions autour d’un schéma similaire. « Nos services fusion-acquisition travaillent jour et nuit pour essayer de trouver une solution (à un rapprochement avec Bouygues Telecom, NDLR) pour janvier, le scénario qui tient la corde prévoit que Bouygues détiendrait 15% du nouvel ensemble, l’Etat 19% et les salariés 4 à 5% », avait-elle indiqué.

Chamboulé par l’arrivée de l’opérateur à bas prix Free, le secteur français des télécoms connaît de nombreux bouleversements: en mars 2014, le groupe Altice de Patrick Drahi avait emporté SFR pour 11,75 milliards d’euros face à une offre concurrente de Bouygues. Puis, en juin 2015, Martin Bouygues avait rejeté une offre d’Altice-SFR sur sa filiale télécom.

Orange discute avec son concurrent Bouygues Telecom pour examiner l’opportunité d’un rapprochement capitalistique. Les discussions sont au stade préliminaire. Rien n’est donc fait ! En dehors d’une possible opération capitalistique, d’autres options seraient envisagées.

Après l’échec de son projet de mariage avec la filiale de Vivendi SFR, on sait que le groupe Bouygues est à la recherche d’une solution alternative pour sa filiale des télécoms.

Par ailleurs, contrarié par l’arrivée tonitruante de Free (Iliad) dans le secteur du mobile en 2012, Bouygues Telecom est désormais contraint d’annoncer un nouveau plan d’économies face à la de la baisse persistante de son chiffre d’affaire et de ses marges.

Dans un communiqué, Orange déclare vouloir examiner les opportunités qu’offre la recomposition du marché français des télécoms suite notamment au rachat récent  de SFR par Numericable.

Bouygues indique ainsi : «Orange estime qu’une consolidation du marché du mobile français serait positive à long terme tant pour l’investissement que pour le consommateur » emboitant ainsi le pas au Ministre Arnaud Montebourg qui a affirmé mardi qu’ «un retour à trois opérateurs devrait se faire ».

Un retour à trois opérateurs ? D’autres scenari ?

Orange, dont l’Etat est le principal actionnaire avec 27% du capital, souligne dans un communiqué « qu’il sera attentif à la création de valeur ainsi qu’aux risques juridiques d’une éventuelle opération ».

« Tous les scénarios sont sur la table. Tous les opérateurs télécoms  réfléchissent à toutes les hypothèses et toutes les opportunités »a indiqué lors d’une conférence le directeur financier de Bouygues Telecom, Philippe Marien.

Martin Bouygues, aurait  été lui-même à l’initiative des discussions engagées avec Orange.

Une opération de 6 à 8 milliards d’euros. Bouygues au capital d’Orange

Dans le cadre d’une éventuelle opération avec l’opérateur historique Orange, Bouygues Telecom  serait valorisé à au moins 6 milliards d’euros selon Les Echos.

Free, autre acheteur potentiel ne proposerait, quant à lui, que quatre ou cinq milliards d’euros alors que Martin Bouygues souhaiterait valoriser son affaire aux alentours de huit milliards, toujours selon les Echos.

Bouygues avec son partenaire JCDecaux (détenteur de 10% de Bouygues Telecom) tireraient parti  de la vente pour se faire payer en actions et monter au capital d’Orange : Bouygues deviendrait ainsi  l’un des principaux actionnaires derrière l’Etat.

La CFE-CGC estime dans une lettre au Premier ministre Manuel Valls diffusée jeudi que « rapprocher Bouygues et Orange permettrait non seulement de sauver les emplois immédiatement menacés chez Bouygues Telecom, mais aurait également du sens en termes de synergie industrielle ».

Reste que la « fusion «entre Orange et Bouygues conduirait à la mise en place d’un mastodonte avec la disparition d’un opérateur (un retour à « trois »), ce  qui ne jouerait pas forcément en faveur de la concurrence et de la modération des tarifs !

(avec AFP)

L'opération devra obtenir le feu vert des autorités de la concurrence à Bruxelles. Orange envisagerait d'effectuer des cessions pour un montant de 5 milliards d'euros pour faire aboutir un tel mariage. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
L’opération devra obtenir le feu vert des autorités de la concurrence à Bruxelles. Orange envisagerait d’effectuer des cessions pour un montant de 5 milliards d’euros pour faire aboutir un tel mariage. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)

© Crédits Photos & Source : AFP


Partager :

Top