You are here
Home > A la Une

L’apôtre Madou Abraham (du MIDEJE), écroué pour viols.

Un pasteur évangélique d’une église de Colombes (Hauts-de-Seine) a été mis en examen pour viols sur plusieurs jeunes femmes et écroué, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre.

Cette mise en examen fait suite à l’ouverture d’une information judiciaire contre cet homme de 36 ans se présentant comme pasteur évangélique, a ajouté le parquet, confirmant une information du Parisien. Selon plusieurs sources convergentes, il s’agirait de l’Apôtre Madou Abraham, de l’église MIDEJE, qui avait reçu le manteau de Benny Hinn en 2017.

« Les victimes sont à ce jour au nombre de trois » et sont âgées de 20 à 23 ans, a-t-on précisé de même source. Elles étaient toutes hébergées au domicile du suspect lors de son arrestation. Pour le moment, le mis en examen conteste les faits et affirme qu’il s’agissait de relations sexuelles consenties.

Le suspect a été arrêté le 28 mai 2018 et mis en examen pour viols.

Trois plaintes ont été enregistrées contre ce pasteur d’une trentaine d’années.
Pasteur évangélique fondateur de l’Eglise Mideje, L’apôtre Madou Abraham cet homme charismatique vient d’être arrêté pour viols, mis en examen et placé en détention provisoire.
Les investigations, qui ne font que commencer dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le parquet de Nanterre, pourraient mener à plusieurs victimes. Trois d’entre elles sont d’ores et déjà identifiées.

L’enquête a débuté il y a une dizaine de jours, après qu’une jeune femme a déposé plainte à Courbevoie. Selon ses dires, elle fut victime, entre 2013 et 2016, de « viols répétés », selon un proche du dossier. A l’époque, cette femme, 21 ans aujourd’hui, était hébergée chez le pasteur à Colombes. Et, en substance, parce que Dieu le commandait, il lui fallait s’offrir au pasteur. Originaire de Côte d’Ivoire, l’intéressé se présente presque comme né d’un miracle, touché par la grâce depuis sa naissance.

Un fort ascendant sur les jeunes femmes.
Saisie de l’enquête dès le dépôt de la plainte, la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine a interrogé la plaignante, et découvert que d’autres femmes vivaient sous le toit du pasteur en même temps qu’elle. Certaines ont été retrouvées et interrogées à leur tour. Deux d’entre elles ont déposé plainte, livrant le même récit des méthodes de l’évangéliste, dont l’ascendant voire l’emprise sur ses fidèles paraît important. C’est probablement cette soumission qui a retenu la première plaignante de se rendre au commissariat plus tôt.

Lundi 28 mai 2018, les enquêteurs ont arrêté le pasteur et l’ont placé en garde à vue. Jusqu’à sa présentation à un juge et sa mise en examen en fin de semaine.

Sources : Le Parisien / Ouest-France

© info.elyon.fr
Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top